un-antibiotique-oublié-contre-les-superbactéries

Une étude a montré qu’un antibiotique oublié, la témocilline, permettait de sélectionner moins de bactéries résistantes que le traitement standard des infections urinaires fébriles. Ainsi, la témocilline pourrait être utile pour traiter les infections urinaires graves qui donnent lieu à de la fièvre, et contribuer à réduire la propagation des bactéries résistantes dans les hôpitaux.

La témocilline 

L’espèce bactérienne Escherichia coli (E. coli) constitue une grande partie de la flore bactérienne normale de l’intestin. Mais si E. coli se retrouve dans les mauvais endroits de l’organisme, comme le sang ou les voies urinaires, elle peut provoquer des maladies graves. E. coli est la cause la plus fréquente des infections des voies urinaires.

Celles-ci peuvent souvent être traitées avec des antibiotiques sous forme de comprimés, mais certains patients deviennent tellement malades qu’ils doivent être hospitalisés et traités avec des antibiotiques par voie intraveineuse.

« La procédure standard a longtemps consisté à utiliser l’antibiotique céfotaxime pour ce traitement intraveineux. Mais au fil du temps, une fraction croissante des bactéries est devenue moins sensible à cet antibiotique, tant en Suède que dans le reste du monde, ce qui a rendu nécessaire la recherche d’une alternative », explique Håkan Hanberger, professeur à l’université de Linköping et responsable médical de cette étude.

Cette étude est le résultat d’une demande de l’Agence suédoise de la santé publique à laquelle le gouvernement suédois a demandé d’étudier comment les antibiotiques qui existent peuvent être utilisés de manière optimale. Les chercheurs ont étudié la témocilline, un membre du groupe des antibiotiques de la pénicilline, connu depuis plusieurs décennies. Elle est utilisée dans certains autres pays européens, mais n’est pas commercialisée en Suède.

La témocilline agit spécifiquement contre E. coli et d’autres bactéries intestinales qui peuvent causer des infections des voies urinaires. Il est utile que la témocilline n’ait pas un large effet contre de nombreuses bactéries différentes, car cela réduit le risque que le traitement agisse contre la flore bactérienne intestinale. Cela a conduit les chercheurs à examiner si la témocilline donne moins de résistance aux bactéries intestinales que le traitement avec l’antibiotique standard, le céfotaxime.

Moins agressif contre la flore bactérienne

Les chercheurs ont étudié 152 patients souffrant d’une infection des voies urinaires ayant donné lieu à de la fièvre, également appelée pyélonéphrite, et nécessitant des antibiotiques par voie intraveineuse.

« Nous avons clairement vu que la flore intestinale était moins affectée dans le groupe traité par la témocilline. La principale raison en est que la témocilline entraîne une moindre sélection de bactéries intestinales résistantes », explique Charlotta Edlund, professeure de microbiologie.

L’effet clinique de la témocilline était aussi bon que le traitement standard à la céfotaxime, et les effets indésirables étaient équivalents. Le fait que la témocilline soit moins agressive contre la flore bactérienne de l’intestin suggère que le fait de commencer à utiliser cet antibiotique oublié pour les infections des voies urinaires aura des avantages tant pour les patients que pour la société.

« La conséquence sera que nous verrons moins de sélection de bactéries intestinales résistantes dans les hôpitaux, ce qui pourrait contribuer à réduire les infections liées à ces bactéries dans les hôpitaux », déclare Håkan Hanberger.

Cette recherche a été publiée dans The Lancet Infectious Diseases.

Source : Linköping University
Crédit photo : depositphotos