une-façon-innovante-de-traiter-la-rétinopathie-diabétique

Des scientifiques affirment qu’un liquide ingéré qui délivre finalement une petite dose de monoxyde de carbone dans l’œil semble cibler les facteurs-clés qui endommagent ou détruisent la vision dans le diabète de type 1 et 2.

Traiter la rétinopathie diabétique

Les scientifiques du Medical College of Georgia disposent de premières preuves que le HBI-002, un composé oral à faible dose développé par Hillhurst Biopharmaceuticals et déjà en phase d’essais préliminaires pour la drépanocytose, peut réduire en toute sécurité le stress oxydatif et l’inflammation de la rétine, deux facteurs précoces et majeurs de la rétinopathie diabétique.

« L’inflammation et le stress oxydatif vont de pair », explique le Dr Pamela Martin, biologiste cellulaire et biochimiste. « Si vous avez un impact sur l’un, vous avez généralement un impact sur l’autre ». À la bonne dose, le monoxyde de carbone peut avoir un impact sur les deux.

Les scientifiques disposent des premières preuves que le HBI-002, un liquide qui se transforme en gaz familier lorsqu’il atteint nos intestins, peut aider les rétines, qui sont endommagées chez près de la moitié des personnes atteintes de diabète.

Pour ces nouvelles études, ils examinent l’impact de ce composé dans un modèle d’ischémie aiguë, lorsque la rétine ne reçoit soudainement pas suffisamment d’oxygène en raison d’un stress oxydatif suivi d’une inflammation normale, ainsi que dans un modèle de progression plus naturelle de la maladie.

La rétine, considérée comme une extension du cerveau, est constituée de couches complexes de nerfs qui tapissent la partie arrière de l’œil et captent la lumière, que le cerveau transforme en images. Les types de cellules de la rétine sont parmi les plus actifs sur le plan métabolique, ce qui signifie qu’ils génèrent naturellement beaucoup de stress oxydatif, explique Mme Martin.

Une méthode non invasive

L’un de ses nombreux intérêts à long terme consiste à identifier des méthodes non invasives pour aider la rétine, comme les antihypertenseurs oraux aident à réduire la pression artérielle. Leurs études préliminaires indiquent que le HBI-002 peut faire le voyage. Ce liquide se transforme en monoxyde de carbone à l’état gazeux, plus familier, dans les intestins, où il se lie naturellement à l’hémoglobine – le composant du sang qui transporte l’oxygène – puis remonte jusqu’à l’œil dans le sang, explique Ravirajsinh Jadeja.

Le monoxyde de carbone sait trouver l’hémoglobine, notent les scientifiques. En fait, c’est sa forte affinité pour l’hémoglobine qui le rend mortel, car l’oxygène ne peut plus se lier à l’hémoglobine lorsque le monoxyde de carbone a établi la connexion, explique Jadeja.

Si les preuves des bienfaits du HB1-002 se confirment au cours des 12 prochains mois, cela conduira à l’octroi d’une nouvelle subvention et à la réalisation d’autres études visant à déterminer comment ce composé agit contre les ravages de la rétinopathie diabétique.

Plus tôt cette année, la Food and Drug Administration des États-Unis a donné à Hillhurst l’autorisation d’aller de l’avant avec un essai de première phase de son HBI-002 pour la drépanocytose. Les essais de phase 1 sont destinés à tester la sécurité et sont effectués sur des individus en bonne santé.

La cause la plus fréquente de cécité 

La rétinopathie diabétique est la cause la plus fréquente de nouveaux cas de cécité chez les personnes âgées de 20 à 74 ans, et elle est fortement liée à la durée du diabète, selon l’American Diabetes Association.

Selon les scientifiques, le monoxyde de carbone joue également un rôle important et naturel dans la dilatation des vaisseaux sanguins et la réparation des centrales électriques cellulaires appelées mitochondries.

Hillhurst Biopharmaceuticals est une société en phase clinique qui se concentre sur les troubles sanguins et inflammatoires. Des études précliniques de leur HBI-002, comme celles que Martin et Jadeja mènent sur la rétinopathie diabétique, sont également en cours sur des maladies comme la maladie de Parkinson.

Évidemment, comme tout ce qui est nouveau, il faudra attendre les résultats des essais cliniques avant que ce composé soit disponible aux personnes diabétiques dont le risque de développer cette maladie est élevé.

Source : Augusta University
Crédit photo : StockPhotoSecrets