urbanisme-peut-affecter-les-capacités-cognitives--des-enfants

Une nouvelle étude de l’Institut de santé globale de Barcelone (ISGlobal), apporte de nouvelles preuves scientifiques des avantages pour la santé d’un aménagement urbain bien conçu. Cette étude suggère que les bâtiments, les espaces verts et la pollution atmosphérique peuvent affecter les fonctions cognitives et motrices des enfants.

Les enfants et l’urbanisme

Selon de nombreuses études, l’environnement urbain peut influencer le développement neurologique dès la conception, par exemple par l’exposition à la pollution atmosphérique. Cependant, les précédentes recherches n’ont pas évalué l’impact de plusieurs groupes d’exposition simultanément en utilisant une approche exposome au début de la vie.

Une équipe du projet européen HELIX, coordonné par ISGlobal, a entrepris d’analyser l’impact de 13 expositions urbaines sur les fonctions cognitives et motrices de près de 5 500 enfants dans sept zones urbaines européennes ; Bradford, Royaume-Uni ; Nancy et Poitiers, France ; Gipuzkoa, Sabadell et Valence, Espagne ; et Héraklion, Grèce – en utilisant les données des cohortes de naissance Born in Bradford, EDEN, INMA Environment and Childhood Project et RHEA, respectivement.

Cette nouvelle étude a analysé les expositions résidentielles urbaines de la grossesse à l’âge de trois ans. Les facteurs analysés comprennent l’environnement des bâtiments, la densité des bâtiments, la proximité des transports publics, la richesse des équipements, les espaces naturels et la pollution atmosphérique par le dioxyde d’azote (NO2) et les particules fines (PM2,5). La fonction cognitive et la fonction motrice ont été évaluées à l’aide de tests validés lorsque les enfants étaient âgés de quatre à cinq ans.

La verdure a un effet positif 

Les résultats ont montré que l’exposition à certains facteurs allant de la conception de l’environnement des bâtiments, aux espaces naturels et à la pollution atmosphérique était associée aux fonctions cognitives et motrices des enfants à l’âge de cinq ans. Plus précisément, une exposition plus élevée à la verdure dans un rayon de 300 mètres du domicile pendant la grossesse était associée à des capacités cognitives plus élevées. En revanche, une plus grande connectivité (densité des intersections de rues) et une plus grande diversité de l’utilisation des sols pendant la grossesse étaient associées à des capacités cognitives plus faibles.

« À notre connaissance, il s’agit de la première étude à montrer l’impact négatif de certains facteurs de l’environnement sur les capacités cognitives des enfants », a commenté Anne-Claire Binter, chercheuse à l’ISGlobal et auteur principal de  cette étude. « Dans des études précédentes, la diversité de l’utilisation des sols a été associée à des effets positifs sur la santé, donc d’autres études sont nécessaires pour interpréter ces résultats », ajoute-t-elle.

Quant à la pollution atmosphérique, conformément à des recherches antérieures, une plus grande exposition aux particules fines pendant la grossesse était associée à des scores plus faibles aux tests de la motricité fine. « Pendant la grossesse, le placenta et la barrière hémato-encéphalique, qui protège le cerveau et la moelle épinière, sont des systèmes de défense encore immatures et ne protègent que partiellement le fœtus contre les polluants environnementaux », explique Mme Binter.

Une meilleure planification urbaine

« Au-delà des espaces verts urbains – dont les avantages pour la santé ont déjà été démontrés par des recherches antérieures – nos résultats suggèrent que d’autres caractéristiques urbaines devraient être prises en compte lors de l’étude des expositions environnementales susceptibles d’affecter la fonction cognitive des enfants », a noté Mme Mònica Guxens. « La santé de la population – en particulier des groupes les plus vulnérables, comme les enfants – devrait être à la base de la planification urbaine », a-t-elle conclu.

Cette recherche a été publiée dans Environment International.

Source : Barcelona Institute for Global Health
Crédit photo : depositphotos