les-tremblement-sur-mars-seraient-saisonniers

Les tremblements de terre ne sont pas propres à la Terre : un atterrisseur en a détecté plus de 700 sur Mars, et de nouvelles recherches montrent que certains d’entre eux peuvent se produire de manière saisonnière.

Les tremblements de terre

L’atterrisseur InSight de la NASA, qui s’est posé sur la planète rouge en novembre 2018, a apporté des sismomètres et les a placés à la surface à l’aide d’un bras robotisé. Ces instruments recueillent des informations depuis peu après l’atterrissage.

« C’est vraiment intéressant que nous trouvions autant de séismes de mars, et il y a tellement de choses sur cette planète que nous découvrons encore », explique Ingrid Daubar de l’université Brown, dans le Rhode Island.

Daubar et ses collègues ont étudié les données sur les tremblements de terre martiens et ont constaté qu’il existe différentes catégories. Certains sont plus profonds et plus importants, peut-être comparables à un séisme de magnitude 3 ou 4, et ne semblent pas être saisonniers. Mais les séismes martiens plus petits et moins profonds détectés par l’atterrisseur atteignent leur fréquence maximale pendant l’été de l’hémisphère nord.

Ils correspondent à la distance entre le Soleil et Mars

L’équipe a modélisé les causes probables de ces tremblements de terre moins profonds et a constaté qu’ils ne sont probablement pas causés par l’orbite de Phobos, la lune de Mars, et qu’ils ne semblent pas être dus à des impacts d’astéroïdes. Ils correspondent plutôt à la distance entre le Soleil et Mars.

L’intense lumière solaire estivale pourrait faire craquer le sol et produire ces tremblements. Ou il se pourrait qu’elle provoque la fonte de la glace de dioxyde de carbone cachée dans certaines vallées profondes, mais étroites, où le Soleil ne peut atteindre le fond que pendant l’été boréal.

« C’est intriguant. Nous ne nous y serions pas attendus. Ces tremblements de terre sont relativement petits, mais avec un plan de faille la surface impliquée dans le mouvement sismique qui provoque un tremblement de terre de la taille d’une grande façade de bâtiment », explique Simon Stähler de l’École polytechnique fédérale de Zurich, qui faisait également partie de l’équipe.

Une autre explication 

Il est également possible que des mouvements dans les charges de glace de dioxyde de carbone soient à l’origine de ces tremblements de terre. Mais selon M. Daubar, la plupart de la glace de CO2 sur Mars est concentrée vers les pôles, et les tremblements de terre qui s’y produisent ne seraient pas nécessairement détectés par les capteurs d’InSight depuis une si grande distance.

Cette recherche a été publiée dans Earth and Planetary Science Letters.

Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay