les-chimpanzés-aiment-pas-odeur-de-la-mort-comme-nous

Les chimpanzés détestent l’odeur des choses mortes, tout comme nous. Cette odeur pourrait jouer un rôle-clé lorsque les mères chimpanzées pleurent leurs petits.

L’odeur de la mort

On pense que les humains et certains autres animaux ont développé un dégoût pour la putrescine – le composé chimique odorant associé aux corps en décomposition – pour se protéger des maladies ou de la prédation des charognards. Cependant, personne n’avait testé si les chimpanzés étaient sensibles à l’odeur de la mort, explique James Anderson de l’université de Kyoto au Japon.

Avec ses collègues, il a étudié la question avec deux femelles et quatre mâles chimpanzés, tous âgés de 24 à 48 ans, hébergés au sanctuaire de Kumamoto de l’université de Kyoto.

Une nuit par semaine sur une période de six semaines, les chimpanzés sont retournés dans leur cage après avoir erré dans le sanctuaire pour trouver soit un oiseau mort empaillé, soit un gant empaillé dans une boîte en carton juste à l’extérieur de leur cage. Les chercheurs ont dispersé des odeurs à partir d’un seau, en utilisant un ventilateur pour faire flotter les odeurs d’eau, de putrescine ou d’autres substances.

Un teste pour vérifier l’effet de la putrescine 

Selon M. Anderson, les chimpanzés détestaient beaucoup plus l’objet lorsque la putrescine était diffusée, qu’il s’agisse d’un oiseau ou d’un gant. « Avec la putrescine, il était clair que les chimpanzés voulaient s’éloigner de cet objet », dit-il. Les deux individus les plus âgés, de 46 et 48 ans, étaient les moins dégoûtés par l’odeur de la putrescine.

Les mères chimpanzées portent parfois des nourrissons morts pendant des semaines ou des mois. Les chercheurs n’ont pas testé ces mères, mais ils soupçonnent que ces singes acceptent les odeurs par attachement à leurs enfants, ou qu’ils s’habituent simplement à l’odeur. Il est également possible que les chimpanzés en post-partum aient un odorat réduit, mais des études seraient nécessaires pour vérifier cette hypothèse, selon M. Anderson.

Finalement, souvent à un moment où l’odeur de putrescine est la plus forte – environ deux à quatre jours après la mort – les mères chimpanzées abandonnent leurs bébés morts, explique Anderson.

La putrescine pourrait être l’indice qui aide les mères à « passer à autre chose », dit-il. « Même si vous aviez un investissement émotionnel dans cet individu lorsqu’il était vivant, vous devez passer à autre chose parce qu’il y a un risque de contracter une maladie ou de croiser le chemin d’animaux assez dangereux qui pourraient apparaître. »

Un besoin comportemental qui devrait être respecté

Le fait que les mères chimpanzées surmontent l’odeur de décomposition pour s’accrocher à leurs bébés bien après leur mort suggère un besoin comportemental qui devrait être respecté dans les situations de captivité – ce qui devient plus courant grâce au travail de l’équipe au cours de la dernière décennie, dit Anderson.

« Nous avons remarqué que de plus en plus de zoos autorisent les mères endeuillées à rester avec leur bébé mort pendant un jour ou deux, afin qu’elles puissent accepter leur perte, plutôt que d’être séparées de manière traumatisante [du cadavre par les gardiens de zoo] », explique-t-il.

Cette recherche a été publiée dans Behavioural Processes.

Source : New Scientist
Crédit photo : iStock