un-fragment-de-la-lune-serait-en-orbite-autour-du-soleil

Un petit morceau de la Lune pourrait être en orbite autour du Soleil aux côtés de la Terre. Cet objet, appelé Kamo’oalewa, a une composition inattendue qui laisse penser qu’il a pu être arraché à la Lune et mis en orbite.

Un morceau de la Lune

Les quasi-satellites comme Kamo’oalewa – dont la Terre possède cinq exemplaires – voyagent avec une planète sur des orbites similaires autour du Soleil. Benjamin Sharkey et Vishnu Reddy, de l’université d’Arizona, ont dirigé une équipe qui a utilisé le Large Binocular Telescope et le Lowell Discovery Telescope, tous deux en Arizona, pour examiner le spectre de la lumière rebondissant sur Kamo’oalewa.

Leurs observations ont montré qu’il était d’un rouge inattendu. « Il ne ressemble pas à ce à quoi nous nous serions attendus s’il s’agissait simplement d’un astéroïde « ordinaire » », explique Sharkey. « Nous avons examiné près de 2000 spectres d’autres astéroïdes géocroiseurs, et aucun ne correspondait ».

Ils ont également comparé leurs observations à plusieurs autres types d’astéroïdes qui peuvent être d’un rouge inattendu, notamment ceux qui ont une forte teneur en métal et ceux qui sont recouverts de petits grains de poussière, mais aucun ne correspondait.

Il aurait été projeté de la Lune

La seule correspondance proche que les chercheurs ont trouvée était avec un échantillon de roche lunaire rapporté par les missions Apollo, ce qui laisse penser que Kamo’oalewa a pu être projeté de la Lune lors d’un impact.

« C’est une sorte de pièce manquante du puzzle », déclare Reddy. « Nous avons des météorites sur la Terre, nous avons des trous sur la lune d’où proviennent certaines de ces roches, et cela pourrait être la pièce intermédiaire ».

Déterminer depuis combien de temps il a voyagé avec la Terre est une question plus difficile. « Nous pensons qu’il provient de la Lune. Sa composition semble correspondre, mais déterminer quand elle a été éjectée de la Lune ou à quel endroit n’est pas une mince affaire », déclare Reddy.

Ramener un échantillon

« La seule façon de le faire serait de ramener un échantillon ». L’agence spatiale chinoise développe déjà une telle mission, appelée ZhengHe dont le lancement est prévu au milieu des années 2020.

Cette recherche a été publiée dans Communications Earth & Environment.

Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay