un-peu-de-caféine-durant-la-grossesse-réduit-le-risque-de-diabète-gestationnel

Bonne nouvelle pour les femmes enceintes qui aiment la caféine : la consommation d’une faible quantité de caféine pendant la grossesse pourrait contribuer à réduire le risque de diabète gestationnel, selon des chercheurs de la Perelman School of Medicine de l’université de Pennsylvanie et du National Institutes of Health.

La consommation de caféine durant la grossesse

« Bien que nous n’ayons pas pu étudier l’association d’une consommation supérieure à la limite recommandée, nous savons maintenant qu’une faible consommation à modérée de caféine n’est pas associée à un risque accru de diabète gestationnel, de prééclampsie ou d’hypertension pour les futures mères », a déclaré l’auteur principal de cette étude, Stefanie Hinkle, professeur adjoint d’épidémiologie à Penn.

L’American College of Obstetricians and Gynecologists (ACOG) recommande aux femmes enceintes de limiter leur consommation de caféine à moins de 200 mg (environ deux tasses de 15 cl) par jour. Ces recommandations sont fondées sur des études qui suggèrent des associations potentielles avec la perte de grossesse et la croissance du fœtus à des niveaux de caféine plus élevés. Cependant, les données sur le lien entre la caféine et la santé maternelle sont encore limitées.

Pour mieux comprendre cette association, les chercheurs ont étudié les données prospectives de 2 529 participantes enceintes qui ont été enrôlées dans la cohorte Fetal Growth Studies-Singleton du National Institute of Child Health and Human Development (NICHD) dans 12 cliniques américaines entre 2009 et 2013.

Au moment de l’inscription et à chaque visite au cabinet, les femmes ont indiqué leur consommation hebdomadaire de café caféiné, de thé caféiné, de soda et de boissons énergisantes. Les concentrations de caféine ont également été mesurées dans le plasma des participantes au bout de 10 à 13 semaines de grossesse. Les chercheurs ont ensuite fait correspondre leur consommation de caféine avec les principaux résultats : des diagnostics cliniques de diabète gestationnel, d’hypertension gestationnelle et de prééclampsie.

Une réduction de 47 % du risque de diabète gestationnel

L’équipe de recherche a constaté que la consommation de boissons caféinées entre la 10e et la 13e semaine de gestation n’était pas liée au risque de diabète gestationnel. Au cours du deuxième trimestre, la consommation de 100 mg de caféine par jour était associée à une réduction de 47 % du risque de diabète. Aucune différence statistiquement significative n’a été constatée en matière de pression artérielle, de prééclampsie ou d’hypertension entre les femmes qui ont consommé ou non de la caféine pendant la grossesse.

Les chercheurs notent que ces résultats sont cohérents avec les études qui ont montré que la caféine était associée à un meilleur équilibre énergétique et à une diminution de la masse grasse. Ils ajoutent qu’ils ne peuvent exclure que ces résultats soient dus à d’autres composants du café et du thé, tels que les substances phytochimiques, qui peuvent avoir un impact sur l’inflammation et la résistance à l’insuline, entraînant un risque moindre de diabète gestationnel.

Cependant, des études antérieures du même groupe ont montré que la consommation de caféine pendant la grossesse, même en quantité inférieure aux 200 mg par jour recommandés, était associée à des mesures anthropométriques néonatales plus petites, selon Hinkle.

Des résultats pouvant rassurer les femmes

« Il ne serait pas conseillé aux femmes qui ne boivent pas de commencer à consommer des boissons caféinées dans le but de réduire le risque de diabète gestationnel », a-t-elle déclaré. « Mais nos résultats peuvent rassurer les femmes qui consomment déjà de faibles quantités à modérés de caféine en leur montrant que cette consommation n’augmentera probablement pas leurs risques pour la santé maternelle. »

Cette recherche a été publiée dans JAMA Network Open.

Source : Penn Med
Crédit photo : StockPhotoSecrets