la-population-de-dauphin-rose-est-en-chute-libre

D’étranges dauphins d’eau douce, roses et aux petits yeux, glissent dans les eaux turbides du bassin de l’Amazone. Mais ils sont en voie d’extinction. Le dauphin de l’Amazone, ou « boto » (Inia geoffrensis), est l’un des rares dauphins de la planète qui se limitent à l’eau douce, deux autres espèces superficiellement similaires subsistant en Asie du Sud.

Une tendance vers l’extinction

Anthony Martin, de l’université de Dundee en Écosse, et ses collègues ont passé plus de vingt ans à étudier les botos autour de la réserve de développement durable de Mamirauá, en Amazonie brésilienne. À l’aide de leurs nombreuses données à long terme, Martin et Vera da Silva, de l’Institut national de recherche amazonienne au Brésil, ont calculé la tendance de la population de ces dauphins.

L’équipe a utilisé 22 ans de données sur la survie et la reproduction de plus de 650 dauphins pour créer un modèle qui prédit la taille de la population des botos dans les décennies à venir. « Lorsque nous avons commencé ce travail, il y avait des dauphins partout, et nous pensions qu’ils étaient en fait très abondants », déclare Martin.

Mais leur modèle a provoqué un choc. « Nous avons été stupéfaits », déclare Martin. « Le déclin est bien plus profond que ce que nous avions imaginé. » Dans les six simulations, le nombre de dauphins devrait chuter d’au moins 95 % en moins de 50 ans. L’extinction du boto pourrait survenir dans un peu plus d’un siècle.

L’enchevêtrement dans les filets ainsi qu’à la capture

Dans cette partie de l’Amazonie centrale, le déclin précipité des botos est en grande partie dû à l’enchevêtrement et à la noyade dans les filets maillants en monofilament, ainsi qu’à la capture et à l’utilisation des dauphins comme appâts pour le poisson. Selon Martin, le boto suit le même chemin que le baiji ; un dauphin de rivière originaire du fleuve Yangtze en Chine, qui a probablement disparu.

« Tous les vrais dauphins de rivière – ceux qui ne peuvent pas s’éloigner des humains – sont en train de sombrer dans le trou d’évacuation ». Les botos étaient les plus nombreux parmi les dauphins de rivière et étaient supposés être en meilleure condition, dit-il. « Mais la réalité est que la vitesse à laquelle ils disparaissent est dévastatrice. »

Un changement qui pourrait avoir un impact important sur la chance de survie de ces dauphins serait une application accrue des lois concernant l’utilisation des filets maillants, dit Martin. Mariana Paschoalini Frias, de l’Université fédérale de Juiz de Fora, au Brésil, estime que la prévision d’extinction est « vraiment alarmante ».

Identifier un déclin dans d’autres régions

Mais Frias fait valoir que les dauphins d’Amazonie centrale peuvent être confrontés à des défis qui n’ont pas nécessairement d’impact sur l’ensemble de l’aire de répartition de l’espèce. « Il est crucial d’identifier s’il y a un déclin de la population dans d’autres régions », dit-elle.

Cette recherche a été publiée dans Oryx.

Source : New Scientist
Crédit photo : iStock