les-appels-en-matière-de-santé-mentale-ont-augmenté-lors-des-confinements

Les appels aux services d’assistance téléphonique en matière de santé mentale dans 19 pays ont augmenté d’environ un tiers, en moyenne, peu après le début des mesures de confinement mises en place au cours des premiers mois de la pandémie de COVID-19, avant de retomber à des niveaux similaires à ceux d’avant.

L’effet des confinements sur la santé mentale

Pendant cette période, la proportion d’appels passés par des personnes se sentant seules et par des personnes craignant d’être infectées par le coronavirus a légèrement augmenté, mais la nature des préoccupations des personnes est restée globalement similaire à celle des appels passés avant la pandémie.

Plusieurs études ont suggéré que davantage de personnes se sentent anxieuses ou déprimées. Ces niveaux sont généralement évalués à l’aide d’enquêtes sur la santé mentale et de statistiques sur les suicides, mais Marius Brülhart, de l’université de Lausanne, en Suisse, s’est demandé s’il n’existait pas un autre moyen de suivre l’évolution du bien-être mental des gens. « Nous nous sommes demandé ce que nous pouvions faire pour obtenir une mesure de la santé mentale de la population », explique M. Brülhart.

La plupart des services d’assistance téléphonique pour les personnes en détresse mentale tiennent un journal des appels, avec de brèves notes sur les raisons pour lesquelles les personnes ont appelé. Brülhart et ses collègues ont analysé les données anonymes de 8 millions d’appels à des services d’assistance téléphonique dans 19 pays, dont les États-Unis, la Chine, Israël et plusieurs pays européens, mais pas le Royaume-Uni, en examinant la période allant de début 2019 à début 2021.

Une augmentation des appels liée aux restrictions 

Ils ont constaté que le nombre d’appels a atteint un pic environ six semaines après le début des restrictions liées au coronavirus dans chaque pays, pour atteindre 35 % de plus qu’avant la pandémie – bien que certaines lignes d’assistance n’aient pas eu initialement la capacité de répondre à tous les appels et aient donc pu manquer une partie de la hausse antérieure.

« Nous avons beaucoup de preuves que le début de la pandémie a affecté la santé mentale des gens ; mais nous devons nous demander pourquoi cela ne semble pas s’être traduit par une augmentation des taux de suicide », explique Louis Appleby de l’Université de Manchester, au Royaume-Uni. « La cohésion sociale est une possibilité – la famille et les voisins offrant un soutien, un sentiment général de traverser une crise ensemble ».

Le nombre d’appels suicidaires

Cette nouvelle étude a également révélé que les appels aux lignes d’assistance téléphonique ont augmenté davantage dans les pays où il y avait moins de soutien financier pour les personnes incapables de travailler en raison de la pandémie, ainsi que dans les pays où les mesures de confinement ou les restrictions étaient plus strictes. Selon Mme Brülhart, plus les mesures de confinement sont intenses, plus le nombre d’appels suicidaires augmente.

Cette recherche a été publiée dans Nature.

Source : New Scientist
Crédit photo : Pexels