le-blocage-inhibe-infection-des-cellules-par-le-SARS-CoV-2

Les virus envahissent nos cellules et les transforment en usines à virus. Des chercheurs de l’université d’Uppsala, en collaboration avec un réseau de collaborateurs nationaux et internationaux, ont identifié la manière dont le SARS-CoV-2 prend le contrôle de nos cellules – et ils ont trouvé un moyen possible d’inhiber le virus.

Une découverte importante

« Cela pourrait conduire à la mise au point d’un inhibiteur contre le COVID-19, même si beaucoup de travail reste à faire avant de pouvoir l’affirmer avec certitude », déclare Ylva Ivarsson, professeur de biochimie à l’université d’Uppsala, qui a coordonné cette étude.

Le SARS-CoV-2, comme tous les virus, est un parasite intracellulaire. Comme les autres virus, le SARS-CoV-2 doit utiliser les mécanismes des cellules pour y pénétrer et les amener à produire davantage de virus. Pour produire davantage de particules virales, la cellule doit d’abord être incitée à produire un nouveau matériel génétique, l’ARN, qui est ensuite enrobé dans une enveloppe protectrice et libéré de la cellule pour infecter d’autres cellules. Bien que le virus ne puisse y parvenir par lui-même, ses protéines se lient à des protéines humaines et les incitent à contribuer à la production de virus.

Dans l’espoir de trouver des interactions-clés pouvant être inhibées par des médicaments existants ou entièrement nouveaux, les chercheurs ont travaillé dur depuis le début de la pandémie de COVID-19 pour déterminer à quelles protéines humaines les protéines du SARS-CoV-2 se lient.

Bloquer l’une des interactions

À l’université d’Uppsala, ils ont mis au point et utilisé une nouvelle méthode pour cartographier les interactions à grande échelle entre les protéines humaines et les protéines du coronavirus, ce qui a fourni de nouvelles informations précieuses. En collaboration avec une équipe de chercheurs de l’université d’Umeå, ils ont utilisé ces informations pour montrer que le blocage de l’une de ces interactions inhibait l’infection des cellules humaines par le SARS-CoV-2.

En collaboration avec des chercheurs de l’université de Copenhague, ils ont confirmé l’interaction entre la protéine virale et la protéine humaine dans un système plus complexe. Cela a permis de mieux comprendre ce qui se passe dans la cellule lorsque le virus prend le contrôle de l’interaction.

Un inhibiteur potentiel

Ces résultats pourraient conduire à la mise au point d’un agent qui inhibe le COVID-19, bien que beaucoup de travail reste à faire avant que les chercheurs puissent déterminer si l’inhibiteur qu’ils ont trouvé peut être développé pour traiter l’infection par le SARS-CoV-2.

Cette recherche a été publiée dans Nature Communications.

Source : Uppsala University
Crédit photo : Depositphotos