un-médicament-contre-hépatite-augmente-la-puissance-des-antibiotiques

Un médicament approuvé par la FDA pour l’hépatite C peut augmenter la sensibilité des bactéries aux antibiotiques et réduire la probabilité d’une résistance aux antibiotiques, selon une nouvelle étude dirigée par des chercheurs de l’université de New York.

Le télaprévir un médicament approuvé par la FDA

Ce médicament appelé télaprévir agit en bloquant la fonction des chaperons – des protéines importantes qui replient d’autres protéines dans la cellule – dans les bactéries. « Le télaprévir est le premier composé précédemment approuvé en clinique dont il a été démontré qu’il inhibe la fonction des chaperons dans les bactéries », a déclaré Tania Lupoli, professeur adjoint de chimie à NYU et auteur principal de cette étude.

« Notre recherche marque une étape essentielle dans le développement de petites molécules inhibitrices des chaperons qui peuvent être utilisées dans les bactéries pour augmenter la puissance des antibiotiques et ralentir l’évolution de la résistance aux antibiotiques. »

Les chaperons existent dans presque toutes les cellules de tous les organismes, des bactéries unicellulaires aux humains. En raison de leur rôle essentiel dans le repliement d’autres protéines – et de ce qui se passe lorsque les protéines sont mal repliées, ce qui peut entraîner une toxicité dans la cellule – les chaperons sont la cible de recherches continues sur les médicaments, mais les chercheurs ont eu du mal à trouver de petites molécules capables de cibler spécifiquement les chaperons ou de s’y lier.

Ils ont passé au crible 25 000 composés

Dans cette étude, les chercheurs ont tenté d’identifier de petites molécules qui pourraient désactiver la fonction des chaperons dans les bactéries pathogènes. En se concentrant sur la Mycobacterium tuberculosis, le microbe qui cause la tuberculose, ils ont passé au crible environ 25 000 composés – dont 1 300 médicaments approuvés – pour identifier les petites molécules qui inhibent les chaperons dans les mycobactéries.

Ils sont tombés sur un médicament antiviral appelé télaprévir, qui a été approuvé par la FDA pour traiter l’hépatite C. Dans une série d’expériences utilisant des mycobactéries en laboratoire, ils ont démontré que le télaprévir se lie aux chaperons mycobactériens et bloque leur capacité à plier les protéines. Cela a rendu les mycobactéries plus sensibles aux antibiotiques, notamment à la streptomycine, un médicament couramment prescrit contre la tuberculose.

Les chaperons peuvent également stabiliser les protéines de la cellule à l’origine de la résistance aux antibiotiques. L’utilisation du télaprévir pour bloquer la fonction des chaperons a donc permis de réduire la résistance des mycobactéries à la rifampicine, un médicament de première intention contre la tuberculose.

Une préoccupation majeure

La réduction de la résistance aux antibiotiques est une priorité majeure de la santé publique aux États-Unis et dans le monde entier, car un nombre croissant d’infections – dont la tuberculose – deviennent plus difficiles à traiter à mesure que les antibiotiques perdent de leur efficacité.

« À l’avenir, nous envisageons d’utiliser des petites molécules inhibitrices de chaperons en association avec des antibiotiques pour améliorer l’efficacité des antibiotiques et réduire la résistance », a déclaré M. Lupoli.

Cette recherche a été publiée dans Cell Chemical Biology.

Source : New York University
Crédit photo : StockPhotoSecrets