xysticus_ballon_évlauer_le_vent_2018

Les araignées filent leur soie pour produire bien plus que des toiles, comme des haubans, des sacs d’œufs et même des cocons pour tenir leurs proies encore vivantes. Mais elles fabriquent également une autre pièce; un ballon de soie en forme de feuille qui les aide à s’envoler. Mais cette pratique n’a malheureusement jamais reçu une grande attention de la part des chercheurs, même après que le «ballonage» ait été documentée pour la première fois dans les années 1600.

Pour savoir comment décollent les araignées, les scientifiques ont installé 14 grandes araignées Xysticus sur une plate-forme en forme de champignon, exposée au vent naturel, dans le même parc berlinois où le pionnier de l’aviation Otto Lilienthal a testé des planeurs plus lourds que l’air. Lors d’une autre expérience, les chercheurs ont placé les araignées dans une soufflerie où ils pouvaient contrôler la vitesse et la température du vent.

Les araignées n’ont pas libéré leurs ballons de soie au hasard, l’équipe a découvert qu’elles soulevaient une ou deux jambes velues en l’air pendant 5 à 8 secondes, apparemment pour testant le vent et la température. Les jours froids et venteux, les araignées se blottissaient sur le côté de la plate-forme et la plupart ne s’envolaient pas. Voici une vidéo réalisée par l’équipe de Science, qui nous montre ces araignées prêtes à décoller :

Mais si elles évaluent que les conditions sont bonnes – comme une brise douce et chaude ne dépassant pas 3 mètres par seconde – les araignées soulevaient leur abdomen et relâchaient jusqu’à 60 fils de soie, formant une feuille triangulaire qui les transportait vers le ciel, rapportent les chercheurs sur bioRxiv. Cette étude est la première à démontrer que les araignées, comme tout bon aviateur, évaluent soigneusement les conditions du vent avant de s’envoler.

[via Science]