graphène-vêtements-intelligents
La recherche de la création de « textiles intelligents » abordables, durables et produits en grande quantité a reçu un nouvel élan grâce à l’utilisation du graphène.

Du graphène intégrer au tissu

En effet, une équipe internationale de scientifiques, dirigée par la professeure Monica Craciun du département d’ingénierie de l’Université d’Exeter, a mis au point une nouvelle technique pour créer des fibres entièrement électroniques qui peuvent être intégrées à la production de vêtements de tous les jours.
À l’heure actuelle, l’électronique portable est essentiellement obtenue par collage de dispositifs sur les tissus, ce qui peut signifier qu’ils sont trop rigides et susceptibles de dysfonctionnement.
Cette nouvelle recherche intègre plutôt les dispositifs électroniques dans le tissu en enduisant les fibres électroniques de composants légers et durables qui pourraient permettre par exemple à des images d’être affichées directement sur le tissu.
L’équipe de recherche croit que cette découverte pourrait révolutionner la création de dispositifs électroniques portables pouvant être utilisés dans une gamme d’applications quotidiennes, comme la surveillance de la fréquence cardiaque et la tension artérielle.
Cette recherche collaborative internationale, qui comprend des experts du centre pour la science du graphène de l’Université d’Exeter, les universités d’Aveiro et de Lisbonne au Portugal, et le CenTexBel en Belgique, est publiée dans la revue scientifique Flexible Electronics.
Le professeur Craciun, coauteur de cette recherche, a déclaré: “pour obtenir des dispositifs électroniques vraiment portables, il est essentiel que les composants puissent être incorporés dans le tissu, et pas simplement en lui en ajoutant. »

Une intégration complète de l’électronique

Le Dr Elias Torres Alonso, chercheur scientifique et ancien doctorant de l’équipe du Professeur Craciun a ajouté: « cette nouvelle recherche ouvre la voie pour que les textiles intelligents jouent un rôle central dans de nombreux domaines dans un avenir pas trop lointain.
En tissant les fibres de graphène dans le tissu, nous avons créé une nouvelle technique pour l’intégration complète de l’électronique dans les textiles. Les seules limites à partir de maintenant viennent vraiment de notre propre imagination. »
Avec une épaisseur d’un seul atome, le graphène est la substance la plus fine capable de conduire l’électricité. Ces dernières années, les scientifiques et les ingénieurs se sont lancés dans une course pour adapter le graphène à l’utilisation dans des appareils électroniques portables.
Dans le cadre de cette nouvelle recherche, ils ont utilisé des fibres de polypropylène – habituellement utilisées dans une foule d’applications commerciales dans l’industrie du textile – pour fixer les nouvelles fibres électroniques à base de graphène afin de créer des capteurs tactiles et des dispositifs émettant de lumière.
Cette nouvelle technique signifie que les tissus pourraient par exemple afficher des images sans avoir besoin d’électrodes, ou de fils supplémentaires.

Un avantage pour l’avancement de la technologie moderne

Le professeur Saverio Russo, coauteur et du département de physique de l’Université d’Exeter, a ajouté: “l’intégration d’appareils électroniques dans les tissus est quelque chose que les scientifiques ont essayé de produire depuis un certain nombre d’années, et c’est un véritable avantage pour l’avancement de la technologie moderne. »
Ana Neves, coauteur et aussi ingénieur chez Exeter, a ajouté: « la clé de cette nouvelle technique est que les fibres textiles sont flexibles, confortables et légères, tout en étant suffisamment durables pour répondre aux exigences de la vie moderne. »
Source : University of Exeter

Le graphène pour des "textiles intelligents"martinProduits
La recherche de la création de 'textiles intelligents' abordables, durables et produits en grande quantité a reçu un nouvel élan grâce à l'utilisation du graphène. Du graphène intégrer au tissu En effet, une équipe internationale de scientifiques, dirigée par la professeure Monica Craciun du département d'ingénierie de l'Université d'Exeter, a mis...